« Il faut éviter un accident dramatique »

Gilles Rossary Lenglet 2013Gilles Rossary Lenglet, secrétaire départemental du Mouvement républicain et citoyen de la Loire.

Comment vivez-vous le durcissement du débat sur le mariage pour tous ?
L’homme politique que je suis va vous dire qu’il trouve intolérable la manière dont certains essaient de dresser les Français les uns contre les autres. Ensuite le républicain que je n’ai jamais cessé d’être, est furieux et préoccupé de cette montée de la violence, de l’irresponsabilité des meneurs des « antis » et des politiques qui les suivent, envers le danger qu’ils osent « joyeusement » faire prendre à notre démocratie. Enfin l’homme et l’homosexuel que je suis est catastrophé de voir trente années de lutte contre l’homophobie être ainsi réduites à néant pour servir les ambitions personnelles de certains, les visées électoralistes d’autres et l’ignorance de beaucoup. Mon sentiment général est la colère de ce gâchis français.

Pourquoi cette différence française ?
La réponse est difficile car multiple. Premièrement il est impossible d’enlever cette crispation de la crise économique que nous vivons. Lorsqu’un pays vit ce que la France traverse depuis 2008, ses habitants sont dans des états traumatiques qui demandent la désignation de fautifs, de victimes expiatoires ; on a eu les Roms, on a maintenant les homosexuels. Il y a malheureusement de grandes chances que de nouvelles populations paient le lourd tribut de la « différence » dans un avenir proche.

Ensuite, il y a l’action de Nicolas Sarkozy en tant que ministre puis président de la République. Que l’on soit d’accord avec lui ou non, il avait une vision pour la France, il voulait installer le modèle américain libéral des années 1980 de Ronald Reagan. Et pour cela il a fait exploser tous les garde-fous en tentant d’imposer un communautarisme impropre à la tradition française. Nous n’avons ni la mentalité, ni les réflexes anglo-saxons, et la construction approximative de cette nouvelle société nous amène à une République dissoute où les liens qui nous unissaient ont presque complètement disparu pour nous laisser dans une situation « bâtarde ». Nous savons ce que nous fûmes mais n’arrivons pas à imaginer ce que nous pourrions devenir. Résultat, certains se replient contre « l’autre » en général, d’autres renient notre spécificité laïque ou s’engouffrent dans un clientélisme effréné.

Enfin, dès le début des années 1990, une certaine frange de la droite (alliage improbable de néoconservateurs et de maurassiens) a identifié les cibles pour faire sauter les verrous que la « pensée de gauche » aurait installés en France. Ils ont théorisé et mis en action des contre-feux. Le pire fut le dévoiement de la pensée de Voltaire résumée dans cette fameuse phrase qu’on lui attribue à tord : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ». La boîte de Pandore était ouverte. Cela permit de clouer au pilori le « politiquement correct ». On fit passer pour de la censure et de l’embrigadement intellectuel ce qui est en fait le ciment du vivre ensemble. Car ne pas insulter l’autre, ne pas le nier, ne pas le rabaisser, ne pas l’agresser c’est ce qui permet de faire une société qui avance, qui progresse. En conséquence des chroniqueurs nauséabonds sont devenus les hérauts de notre sociétés, foulant toutes les valeurs de notre pays et sous les applaudissements en plus ! Etre raciste, antisémite, sexiste, homophobe est perçu pour beaucoup comme un courant de pensée. Je vous rappelle que nous avons des lois dans ce pays et que ce sont des délits.

Que proposez-vous pour sortir de cette spirale ?
Du dialogue, de l’intelligence et de la fermeté. Du dialogue en continuant à expliquer ces lois, leur cheminement historique de plusieurs décennies, leur impact réel sur la société ; combattre la désinformation dramatique que certains propagent.

De l’intelligence, il est temps que les gens redeviennent responsables envers leur pays en arrêtant de ne pas condamner les dérives des extrémistes qui, je vous le signale, défilent avec eux. On ne peut pas vouloir agir pour « sauver la France » et accepter des personnes marchant en faisant le salut fasciste en pleine rue. Il faut aussi cesser d’instrumentaliser les enfants. Ces familles scandent que les homosexuels ne seront pas de « bons » parents et font prendre des risques impardonnables aux leurs. La radicalisation de certains doit obliger tout le monde à la prudence et à la responsabilité de ses actes.

La fermeté, car après les tentatives de dialogue, la seule réponse doit être le respect des lois de la République ; en condamnant les propos homophobes et incitant à la haine, en demandant un rappel à la loi, la condamnation des parents faisant prendre délibérément des risques à leurs enfants et la dissolution des groupuscules extrémistes. Il n’y a pas de possible retour à la concorde dans notre pays sans faire respecter l’état de droit. Il faut dialoguer mais il faut aussi faire comprendre que l’irresponsabilité a ses limites. J’en appelle d’ailleurs aux leaders politiques, religieux et associatifs pour travailler à un retour au calme et surtout à l’arrêt de l’instrumentalisation des enfants. Il faut éviter un accident dramatique qui ne pourrait qu’attiser des brasiers catastrophiques pour notre département et pour notre pays.

Propos recueillis par Patrick Françon

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Il faut éviter un accident dramatique » »

  1. Tiens, un homme politique homosexuel et qui le dit. Enfin un politique qui joue la transparence et la sincérité, ça change par les temps qui court et ça donne l’espoir qu’ils sont pas tous les mêmes. Bravo pour cette interview courageuse. Vous avez raison, les discours de haine doivent cesser, il y a des lois contre l’homophobie à faire respecter.

  2. Dommage que les questions d ordre économique et sociale ne soient pas abordé par ce leader de gauche, mais j’apprécie l’analyse societale . Il gagne à être connu ce monsieur .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s